Menu
05 33 06 04 57
Permanence téléphonique
Du lundi au vendredi de 9h à 19h
29 Rue de Belfort
33000 Bordeaux
29 Rue de Belfort
33000 Bordeaux
05 33 06 04 57
Carole Soudant Téléphone05 33 06 04 57
Adresse29 Rue de Belfort
33000 Bordeaux

Avocat en droit du préjudice corporel à Bordeaux – Carole Soudant

En droit du préjudice corporel, toute personne ayant subi un préjudice corporel à la suite d’un accident ou d’une infraction pénale est indemnisable. Si vous avez été victime d’un dommage corporel et que vous souhaitez entamer une action pour obtenir réparation, faites appel à Maître Carole Soudant. Elle vous indiquera la démarche à suivre et vous assistera à chaque étape.

 Avocat en droit du préjudice corporel à Bordeaux
Les principales compétences de votre cabinet d’avocat au Barreau de Bordeaux en ce domaine sont variées :
  • Détermination du statut de victime : victime d’accident (de la route, médicale) ou d’infraction (viol et abus sexuel, agression, etc.)
  • Quantification et évaluation des préjudices corporels
  • Assistance pour l’intervention de l’expert judiciaire
  • Accompagnement pour l’indemnisation et la liquidation des préjudices

La victime de préjudice corporel

Le premier stade pour entamer une démarche d’indemnisation après un préjudice corporel est la détermination du statut de la victime. Cette étape consiste à quantifier et évaluer l’ampleur des préjudices à l’aide de différentes expertises médicales. Elle est également indispensable pour estimer la valeur des dommages-intérêts à percevoir par la victime. Dans ce cas, l’assistance de votre avocat à Bordeaux tout au long de cette procédure vous sera indispensable. Maître Carole Soudant reste à vos côtés pour les examens médicaux et vous assiste également lors de l’intervention de l’expertise judiciaire.

Que vous soyez victime d’accident, d’agression ou un membre de la famille d’une victime, Maître Carole Soudant saura vous accompagner pour la procédure d’indemnisation de la victime. Elle est également en mesure de représenter vos intérêts dans le cadre d’une négociation ou d’une représentation devant les Tribunaux.

Toutes les personnes victimes d’accident (accident de la route, accident de la vie courante, accident médical et autre) et victimes d’infraction (attentat terroriste, infraction pénale et agression, viol et abus sexuel, infraction routière au niveau pénal, etc.) peuvent obtenir une réparation pour les atteintes subies. N’hésitez pas à contacter Maître Carole Soudant pour vous indiquer la démarche à suivre.
 

La procédure d’indemnisation de la victime

Une fois le statut de la victime déterminé, la liquidation des préjudices peut alors commencer. Deux types d’indemnisations sont alors envisageables pour les victimes d’accident : l’indemnisation contractuelle et l’indemnisation en droit commun. En effet, si l’accident a été causé par un tiers fautif et que sa responsabilité civile est engagée, ce dernier ou sa compagnie d’assurance sera tenu de vous dédommager.

La procédure d’indemnisation de la victime
Maître Carole Soudant se charge ainsi de la négociation d’un montant avantageux pour réparer les préjudices que vous avez subis. Si l’accident n’est pas le résultat d’une faute d’un tiers, le paiement des dommages-intérêts sera prise en charge par l’assureur de la victime. Maître Carole Soudant prend ainsi en charge la négociation d’une indemnisation en droit commun auprès de votre assureur.

Pour le cas des victimes d’infractions, la liquidation des préjudices est prise en charge par trois institutions :
  • La CIVI ou commission d’indemnisation des victimes d’infractions pour les infractions ayant entrainé la mort ou l’incapacité au travail, les agressions sexuelles et les traites d’être humain
  • Le FGTI ou fonds de garantie des actes de terrorisme et d’autre infraction pour les victimes d’attentat terroriste ainsi que les infractions dont l’auteur est inconnu, décédé ou insolvable
  • Le SARVI ou service d’aide au recouvrement des victimes d’infractions pour les autres types d’infractions qui ne sont pas prises en charge par la CIVI et le FGTI